Batman et Robin…

Hello! 🙂
Oui oui je sais je niaise! (lol)

J’ai passé trop de temps sans rien écrire. Je ne suis juste pas l’esclave de mon blog. J’écris quand j’ai le temps, quand je suis inspirée. Et hier j’avoue je l’étais. Enfin bref passons. Hier c’était hier et aujourd’hui est un autre jour.

Toutefois ce qu’il me reste de la soirée d’hier mérite d’être évoqué. Puisqu’on aurait dit, que je me suis agrippée à l’une de mes idées, au delà du sommeil. De sorte qu’elle ne s’envole et que je puisse la coucher sur papier ( façon de parler).

Dans tous les cas je me suis réveillée ce matin avec une charmante envie de vous parler de « ça! »

Mais que raconte t-elle donc?? Patience vous le saurez bientôt.

Vous est-il déjà arrivé de nommer quelque chose? ou quelqu’un? Un animal peut-être. Mais oui bien sur. On nomme nos chats, nos chiens. Certains nomment poule, coq pintade et compagnies. D’autres poussent plus loin en donnant des noms à leurs voitures, motos etc… En somme on nomme quand on aime, on nomme quand on y tient. Personnellement j’appelle ma chienne Gucci. Drôle de nom je sais. J’avoue que ce jour là j’a vu les choses en couleur (et en cercle??).

Cependant cette catégorie ne m’intéresse pas outre mesure. En ce moment précis les personnes qui me connaissent « bien » doivent sentir poindre le danger (ha ha ha).
Bon ou en étais-je? Ah oui les noms toujours.

Je vous assure que j’ai fait face à des situations que je qualifierai d’extrêmement comiques, si je n’étais sûre d’écorner quelques susceptibilités. Je me contenterai donc de les qualifier d’assez singulières. Nommer un arbre (si vous plissez bien les yeux vous verrez ma tête d’ébahie). Mais bon qu’avions nous dit? On nomme quand on aime, on nomme quand on y tient. Qui suis-je pour jeter la pierre?

Mais il me semble que le point de non retour soit atteint par les gens qui nomment les parties de leur corps. Oui! c’est là ou je voulais en venir.
Je m’en vais vous parler des garçons, des hommes, des males qui nomment leurs quequettes (là je vous assure si je n’étais pas au bureau j’aurais éclaté d’un fou rire monstrueux) .

Ah non! N’osez même pas me dire que le phénomène n’existe pas! Ou pire que vous ne le saviez pas!! Comme j’ai l’habitude de le faire, je prends toujours exemple sur mes amis pour illustrer mes propos. Cette fois ne sera pas différente.

J’ai beaucoup d’amis garçons. Ce qui m’a valu de nombreuses bastonnades quand j’étais gamine de la part de mon pater. Mais que disons nous souvent? Les habitudes ont la peau dure. Ainsi mes 24 années s’étiolant, j’ai toujours autant d’amis garçon. Il semble que les coups de bâton paternels n’ont pas eu l’effet escompté.

Parmi les plus proches je peux facilement en décompter 3 qui ont nommé leur… vous savez très bien. Je ne citerai par leurs noms, enfin leurs vrais noms. Avouez que là ça commence par prêter à confusion :).

Le premier surnomma donc « sa chose » Popol! Non vous ne rêvez pas. Oui j’ai bien écrit Popol. On parle quand même d’un jeune homme d’un mètre quatre-vingt qui donne un nom à sa quequette et ne trouve rien de mieux que Popol. Panne d’inspiration? Autodérision? Manque de confiance en soi? Je lui demanderai peut-être un jour. Pour le moment je préfère m’éviter le traumatisme d’une réponse abracadabrante!

Le second surnomma « sa chose » Alexandre. Après Popol je vous l’accorde on rentre là dans une banalité réconfortante. Je doute cependant que ce nom soit attribué en hommage à saint Alexandre. Vous conviendrez avec moi que « l’endroit » ne prête pas à une telle déduction. Alexandre Dumas? Je ne pense pas que Dumas soit content de l’usage que l’on fait de son prénom. Alexandre le grand? Je me dis que ça semble plus logique. Surtout s’il veut booster son ego en donnant de la majesté à quelque chose qui en manque cruellement.

Le dernier surnomma « sa chose » Arnold. Prénom masculin banal aussi à souhait. Mais pause! Quand on entend Arnold on pense à quoi? Mieux à qui? Mais si vous l’avez sur le bout de vos lèvres. Terminator ça vous dit quelque chose? Mais voilà on y arrive peu à peu. Schwarzenegger!! On l’a le ticket gagnant! Schwarzie! Arnold! Je me dis que ça a du sens. Mais pourquoi? Je ne peux qu’émettre des hypothèses. Ego surdimmensionné ou conscience accrue de ses compétences? Mais peut-être qu’il aime juste le prénom Arnold et qu’il a toujours voulu s’appeler ainsi. Oui oui je lui demanderai aussi. Sur le coup j’étais trop choquée et je me suis trop marrée pour leur demander les raisons de tels choix.

À ce niveau de la lecture, les hommes commencent par penser à leur surnoms, par s’interroger sur leurs réelles motivations (Mort de rire).

Parce que toute la question au fond se situe là. Quel est l’intérêt de donner un nom, un prénom, un surnom… bref ce que vous voulez à une quequette? Quel est le but? C’est pour le faire sentir plus humain qu’il ne l’est déjà?

j’ai un ami qui m’a dit un jour que « la chose avait une personnalité propre ». Ça se comprend. Surtout quand on sait qu’elle se « lève » des fois quand bien même la tête n’y est pas et qu’elle se couche malgré que le « mind » soit d’attaque.

Mais en fait, ce que moi j’en déduis, c’est que cet acte ou cette curieuse manie, appelez le comme il vous plaira, dénote un certain sentiment envers « la chose ». Vous conviendrez avec moi qu’un homme qui surnomme sa quéquette Spartacus en éprouve une certaine fierté. Celui qui la surnomme Sangokou doit intimement avoir conscience que le mode super Sayain de sa chose est fortement impressionnant. De la même manière une dame qui surnomme son arbre lucie, nom de sa grand mère défunte, fait là un transfert de la tendresse jadis éprouvée envers cet être cher sur cet arbre.

Je me rends compte finalement, que l’homme établit avec sa chose une relation quasi-fraternelle basée sur une solidarité réciproque (il y a grandement intérêt). Ces moments ou l’homme sait qu’il peut compter sur le soutien de sa chose pour ne pas flancher dans les moments délicats. Ah oui vous savez bien, ces situations ou il ne fait pas bon d’être en désaccord avec sa chose :). Une solide connexité qui fait de l’un comme de l’autre le fervent défenseur de son frère. Un duo à la batman et Robin.

J’ai débuté cet article il y’a deux mois. Je me suis arrêtée temporairement pour des contraintes personnelles. Mais ce laps de temps m’a réconforté sur le thème choisi puisque pratiquement tous les amis avec lesquels je discutais avait la même manie. Il semble que ce soit une épidémie (Mort de rire). En effet, il s’avère que ce ne soit pas que le bon sens, qui soit la chose la mieux partagée au monde.

Car l’homme n’aime pas que la femme, il aime autant sa chose qu’il aime la voir aimer la femme.

Mes chères dames, réjouissez vous! vous en avez deux pour le prix d’un!

Publicités
Catégories Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close